• Ecole primaire

    Les campagnes présidentielles à l'UMP c'est l'école primaire. Professeur Sarko enseigne la démocratie, mais en fait il s'agit d'un cours d'arithmétique primaire. Sarko a épuré ses classes politiques des proches chiraquiens et les nouveaux adhérents acquis à sa cause plébisciteront son sacre démocratique. L'UMP un parti démocratique pour un vrai projet démocratique. Slogans karschers, trésoreries canailles, et mandats racailles. Il suffit de se souvenir de la loi votée sur le role positif de la colonisation. 10 députés ont suffit!! Une loi s'accompagne toujours d'un arsenal répressif pour qui ne la reconnait pas et ne la respecte pas. Il suffit de 10 voix pour que des lois soient adoptées. Etrange démocratie. Même la gauche a adopté cette loi, par insouciance nous a t'on laissé entendre au parti socialiste gêné par l'emballement médiatique de cette "affaire". Mais le vrai problème n'est pas cette loi débile, c'est qu'il suffit de 10 élus pour que des lois qu'on ne cesse de nous opposer soient adopteées. Que fait la démocratie et la classe politique ? Elle prépare ses primaires, pour réussir l'examen de 2007. Tout le reste, de la routine...

  • Commentaires

    1
    Mercredi 14 Décembre 2005 à 09:30
    Je t'ai envoye un
    mail en interne.
    2
    Mercredi 14 Décembre 2005 à 09:38
    école primaire...
    Qu'il est bon de bon ( 2 X bon !)matin de lire tes com' ! Subtiles et dans la cible !... Heu sur l'école primaire : ... Ben moi à l'école primaire, je marchais à 4 pattes ! J'avais pas tout compris ! Bonne journée à +
    3
    Mercredi 14 Décembre 2005 à 09:46
    Wop, hop, hop
    Le PS a voté pour au Sénat mais pas à l'Assemblée. Comme quoi lorsque l'on est au Sénat, l'on devint plus con que l'orsque l'on est à l'Assemblée. Pour ce qui est du faible nombre de présents et votants, il ne serait pourtant pas difficile d'instaurer un quorum en deça duquel une loi ne pourrait être votée. Pour ce qui est de Sarkozy, chantre du "libéralisme casqué", après le désordre qu'il a lui-même provoqué, et son ordre qu'il a rétabli, j'ai bien peur qu'au fil de l'exacerbation justement des peurs, l'on se retrouve en 2007 au 2è tour entre lui et Le Pen, et ce jour là, il faudra choisir entre graisser les fusils et astiquer ses bottes. Mes hommages du matin Against. Merci de tes posts avisés, du coup tu es dans mon bloggroll.
    4
    Mercredi 14 Décembre 2005 à 14:36
    trentenerfs
    Il est vrai que j'ai raccourci le processus du vote de cette loi, mais il n'en reste pas moins qu'un des vrais défi des démocraties c'est d'échapper aux appareils politiques. En fait, une des solutions consisterait à ce que des candidats sans étiquette et issus de nos quartiers se présentent sur les listes de députés de maires etc et qu'ainsi soient évincés ces classes de parasites que sont nos hommes politiques d'aujourd'hui. Ce qu'il faut, comme le disait justement robespierre en son temps, une république sans partis. Une république de femmes et d'hommes issus de la vie et non des actionnariats en tous genres.
    5
    Mercredi 14 Décembre 2005 à 14:43
    appareils politiques
    C'est difficile d'y échapper tu sais. Faut bien des corps intermédiaires pour faire fonctionner une démocratie. La démocratie directe c'est pas la panacée, loin de là.
    6
    Mercredi 14 Décembre 2005 à 16:22
    As tu recu mon mail
    ...?
    7
    Mercredi 14 Décembre 2005 à 18:39
    mac leon
    Merci pour ton commentaire, Mac, à bientôt de te lire sur ton blogg où je me rends à dire vrai très régulièrement
    8
    Mercredi 14 Décembre 2005 à 18:46
    tschok
    C'est vrai que la démocratie directe a aussi ses inconvénients, cependant je la préfèreais à des élites qui ignorent jusqu'aux petites choses de nos quotidiens, puisque depuis des années habitués à du personnel de maison, des repas maisons, bref que du service à domicile. Et ces têtes décident de nos quotidiens dont ils ignorent les vissicitudes et les difficiles agencements; j'aime la proximité de la vox populi et je crois que l'on pourrait toujours de changer les choses en ayant des élus non plus formatés à la politique, mais des élus actifs de la vie de tous les jours, quitte à multiplier le nombre de nos représentants afin de partager les taches et donc de diluer les concentrations de pouvoir; il faut bien reconnaitre que nos assemblées n'ont pas de députés issus des communautés musulmanes, noires, etc... Ces assemblées où également très peu de femmes siègent ne sont en tout cas nullement représentatives de la France d'aujourd'hui. Amicalement
    9
    Jeudi 15 Décembre 2005 à 09:54
    Pas d'accord
    Mais c'est une habitude lrosque l'on entretient l'esprit de contradiction. Je n'ai pas vraiment d'attache pour la démocratie directe en ce qu'elle est mythifiée et qu'aujourd'hui, chacun répond à des enjeux qui leur semblent saillant mais qui ne sont pas pour autant ceux du Bien Commun. J'adhère au revanche à ce que pouvait écrire Rénan dans "qu'est-ce qu'une nation ?", il doit y a voir un plébiscite de tous les jours, et il s'agit donc de l'entretenir. Pour ce qui est du personnel politique et des personnes issues des "quartiers", ainsi que la distance existant entre élus et électeurs. Cela est vrai ... jusqu'à un certain point. Beaucoup d'élus (députés et évidemment élus locaux) sont au contact direct. Mais les personnes qui dirigent (gouvernement) le sont beaucoup moins, d'une part parce que le pouvoir isole, qu'il a fallu quelques années de politique (et donc de pouvoir et d'isolement) pour parvenir au gouvernement, ensuite, parce que, et je suis le premier à le reconnaître, ils n'ont pas l'envie de se mêler à ceux qu'ils représentent. J'ajoute, malgré tout, que les élus de droite sont bien plus éloignés de la population et dans leur habitation et dans leur préoccupation que les élus de gauche. Enfin, sur la République sans partis. Tout d'abord , je me réserve le droit de ne pas prendre de leçons de démocratie de la part de Robespierre (qui fut celui qui nous amena en droite ligne Bonaparte avant qu'il ne se transforme en Napoléon), ensuite, il me semble me souvenir que les Jacobins, que Robespierre dirigeait, avaient une petite influence sur l'Assemblée, en témoigne la lutte acharnée contre Fouché au moment où il voulait en prendre la présidence. Enfin, de quels partis parlons-nous, ceux sur les modèles Caucus américains (comme l'UDF), ceux sur le modèle ouvrier français post Charte d'Amiens (SFIO-PS / SFIC-PC) ou les partis travaillistes SPD, Labour... Mais je crois que le débat est loin d'être clos.
    10
    Jeudi 15 Décembre 2005 à 13:24
    trentenerfs
    J'ai pris note de vos observations et je ne manquerai pas de vous préciser ma modeste analyse, bien que je ne saurai me justifier d'une analyse lucide et donc moins partisane. Je reconnais que votre analyse intelligente et documentée m'a interpellé. Aussi, je vous remercie de la possibilité de ce débat. amicalement
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :