• Pour ne pas se priver du fantastique marché chinois (déjà 111 millions d'internautes) Google a conclu un accord avec les dictateurs chinois. Dès que l'internaute tapera "droits de l'homme" ou "indépendance de Taïwan" ou "tibet" ou place tienanmen" etc... il sera automatiquement dirigé vers un site exprimant la position officielle du parti communiste au pouvoir. Est-ce de la censure ? Surtout pas voyons, simplement un "filtrage". Google argumente d'ailleurs ainsi "filtrer l'information va à l'encontre de nos principes, ne pas fournir d'information serait encore pire". C'est exactement ce que prétend la ligne que défend le régime chinois. S'ils censurent, c'est évidemment à contrecoeur mais dans le plus profond respect de l'information et d'expression... Quand les "démocrates" chinois et les "démocrates" de Google s'entendent, c'est pour le plus grand profit de la liberté d'engranger du dividende... (Source du Canard enchainé du mercredi 01/02/2006). Le fascisme ? Google le réinvente pour vous...

    4 commentaires
  • Le vieux fascisme si actuel et puissant qu'il soit dans beaucoup de pays n'est rien : on nous prépare d'autres fascismes. Tout un néo-fascisme s'installe par rapport auquel l'ancien fascisme fait figure de folklore. Au lieu d'être une politique et une économie de guerre, le néo-fascisme est une entente mondiale pour la sécurité, pour la gestion d'une "paix" non moins terrible, avec organisation concertée de toutes les petites peurs, de toutes les petites angoisses qui font de nous autant de micro-fascistes, chargés d'étouffer chaque chose, chaque visage, chaque parole un peu forte, dans sa rue, son quartier, sa salle de cinéma...

    12 commentaires
  • Les menteurs compulsifs ont désormais une excuse médicale pour justifier leur penchant pour le mensonge. En effet, selon une étude réalisée par des chercheurs de l'université de Californie du Sud, la structure de la matière cérébrale des menteurs et des manipulateurs serait différente de celle des personnes dites normales. Les résultats de cette étude, publiée dans le numéro d'octobre du British Journal of Psychiatry, ont été obtenus à la suite d'examens d'imagerie par résonance magnétique administrés à un échantillon de 108 volontaires.

    À l'issue de ces tests, l'équipe des chercheurs Yaling Yang et Adrian Raine a découvert que la répartition des matières grise et blanche était différente dans le cerveau des menteurs compulsifs que dans celui des sujets dits normaux. Selon les chercheurs, les menteurs et les manipulateurs auraient 22 % de plus de substance blanche dans le cortex préfrontal que les autres sujets. Cette matière blanche conduit l'influx nerveux dans le cerveau alors que la matière grise correspond aux cellules nerveuses. Comme mentir demande beaucoup d'efforts cérébraux, selon les chercheurs, la présence d'un surplus de câblages (matière blanche) dans le cerveau de certains individus leur fournirait un avantage naturel dans la maîtrise de la fabulation et la gestion d'informations trompeuses.

    La science au secours du politique !!!

    Si tous nos gouvernements successifs sont des menteurs, c'est qu'ils sont malades. Ce ne sont plus des voyous, seulement des malades.

    Et chaque malade a sa thérapie. Sarko-léon se soigne au karsher et au flash-ball, Villepin à coups de rimes et Chirac à la corona...

    C'est un avantage naturel que le mensonge. Une fois de plus, la lutte des classes c'est une affaire de privilèges. Et le privilège de nos dirigeants, c'est un cerveau doué pour le mensonge.


    6 commentaires
  • Les campagnes présidentielles à l'UMP c'est l'école primaire. Professeur Sarko enseigne la démocratie, mais en fait il s'agit d'un cours d'arithmétique primaire. Sarko a épuré ses classes politiques des proches chiraquiens et les nouveaux adhérents acquis à sa cause plébisciteront son sacre démocratique. L'UMP un parti démocratique pour un vrai projet démocratique. Slogans karschers, trésoreries canailles, et mandats racailles. Il suffit de se souvenir de la loi votée sur le role positif de la colonisation. 10 députés ont suffit!! Une loi s'accompagne toujours d'un arsenal répressif pour qui ne la reconnait pas et ne la respecte pas. Il suffit de 10 voix pour que des lois soient adoptées. Etrange démocratie. Même la gauche a adopté cette loi, par insouciance nous a t'on laissé entendre au parti socialiste gêné par l'emballement médiatique de cette "affaire". Mais le vrai problème n'est pas cette loi débile, c'est qu'il suffit de 10 élus pour que des lois qu'on ne cesse de nous opposer soient adopteées. Que fait la démocratie et la classe politique ? Elle prépare ses primaires, pour réussir l'examen de 2007. Tout le reste, de la routine...

    10 commentaires
  • Claire Parnet : Et ce respect des Droits de l'Homme qui est tellement à la mode aujourd'hui, c'est pas le devenir révolutionnaire, ça?

    Gilles Deleuze : Tout le respect des droits de l'homme, c'est... vraiment, on a envie presque de tenir des propositions odieuses. Ça fait tellement partie de cette pensée molle de la période pauvre dont on parlait. C'est du pur abstrait. Les droits de l'homme, mais qu'est-ce que c'est? C'est du pur abstrait. C'est vide. C'est exactement ce qu'on disait tout à l'heure pour le désir, ou ce que j'essayais de dire pour le désir. Le désir, ça ne consiste pas à ériger un objet, à dire: je désire ceci. On ne désire pas, par exemple, la liberté et cetera. C'est zéro. On se trouve dans des situations.

    Je prends l'exemple de l'Arménie. Qu'est-ce que c'est, la situation? Si j'ai bien compris... on me corrigera, mais si on me corrige, ça ne change pas grand chose. Il y a cette enclave dans une autre république soviétique, il y a cette enclave arménienne. Il y a une république arménienne et il y a une enclave. Bon, ça, c'est une situation. La première chose. Il y a ce massacre, là, que des Turcs, des semblants... des espèces de Turcs, je ne sais pas, pour autant qu'on sache actuellement, je suppose que ce soit ça, massacrent des Arméniens une fois de plus, dans leur enclave. Les Arméniens se réfugient dans leur république, je suppose - tu corriges toutes mes erreurs -, et là : il y a un tremblement de terre. On se croyait dans le Marquis de Sade ! Des pauvres hommes ont traversé les pires épreuves vécues des hommes, et à peine ils arrivent là, à l'abri : c'est la nature qui s'y met.

    On dit: les droits de l'homme. Mais enfin : c'est des discours pour intellectuels, et pour intellectuels odieux, et pour intellectuels qui n'ont pas d'idées. D'abord, je remarque que toujours ces déclarations des droits de l'homme, elles ne sont jamais faites en fonction, avec les gens que ça intéresse. Les sociétés d'Arméniens, les communautés d'Arméniens et cetera, leur problème, c'est pas les droits de l'homme !

    C'est quoi? Voilà un Agencement. Comme je disais, le désir, c'est toujours à travers des agencements. Voilà un agencement. Qu'est-ce qui est possible pour supprimer cette enclave ou pour faire que cette enclave soit vivable? Qu'est-ce que c'est, cette enclave là-dedans? Ça, c'est une question de territoire. Ce n'est pas une question de droits de l'homme, c'est de l'organisation de territoires! Qu'est-ce qu'ils vont supposer que Gorbatchev va tirer de cette situation, comment il va faire pour qu'il n'y ai pas cet enclave arménienne livrée là aux Turcs menaçants autour? Ce n'est pas une question de droits de l'homme. Ce n'est pas une question de justice. C'est une question de jurisprudence. Toutes les abominations que subit l'homme sont des Cas. C'est pas des démentis à des droits abstraits. C'est des cas abominables. On dira que ces cas peuvent se ressembler, mais c'est des situations de jurisprudence.

    Le problème arménien là, c'est typiquement ce qu'on appellera un problème de jurisprudence. C'est extraordinairement complexe. Que faire pour sauver les Arméniens, et que les Arméniens se sauvent eux-mêmes de cette situation de fous dans laquelle ils sont? Et en plus, ce tremblement de terre s'y met. Un tremblement de terre qui a aussi ces raisons, des constructions qui n'étaient pas bien, qui n'étaient pas faites comme il fallait. Tout ça, c'est des cas de jurisprudence. Agir pour la liberté, devenir révolutionnaire, c'est opérer dans la jurisprudence. Quand</personname /></personname /> on s'adresse à la justice, la Justice</personname /> ça n'existe pas, les Droits de l'Homme ça n'existe pas. Ce qui compte c'est la jurisprudence. C'est</personname /></personname /> ça l'invention du droit. Alors, ceux qui se contentent de rappeler les droits de l'homme et de réciter les droits de l'homme, c'est des débiles. Il ne s'agit pas de faire appliquer des droits de l'homme. Il s'agit d'inventer des jurisprudences où, pour chaque cas, ceci ne sera plus possible. C'est très différent.

    Je prends un exemple que j'aime beaucoup, parce que c'est le seul moyen de faire comprendre ce que c'est que la jurisprudence. Les</personname /></personname /> gens n'y comprennent rien, enfin, pas tous. Les gens ne comprennent pas très bien. Je me rappelle, moi, le temps où il a été interdit de fumer dans les taxis. Avant, on fumait dans les taxis. Il y avait un temps où on n'avait plus le droit de fumer dans un taxi. Les premiers chauffeurs de taxi qui ont interdit de fumer dans les taxis, ça a fait du bruit, parce qu'il y avait des fumeurs. Et il y avait un, c'était un avocat.

    J'ai toujours été passionné par la jurisprudence, par le droit. Si je n'aurais pas fait de philosophie, j'aurais fait du droit, mais justement, pas du droit de l'homme, j'aurais fait de la jurisprudence. Parce</personname /></personname /> que c'est la vie. Il</personname /></personname /> n'y a pas de droits de l'homme, il y a la vie, il y a des droits de la vie. Seulement</personname /></personname /> la vie c'est cas par cas.

    Donc, les taxis. Il y a un type qui ne veut pas être interdit de fumer dans un taxi. Il fait un procès au taxi. Je me souviens très bien, parce que là, je m'étais occupé d'avoir les attendus du jugement. Le taxi était condamné. Aujourd'hui, pas de question. Il y aurait le même procès, il ne serait pas condamné le taxi, ce serait le usager qui serait condamné. Mais au début, le taxi a été condamné. Sous quels attendus? Que, lorsque quelqu'un prenait un taxi, il était locataire. Donc, l'utilisateur de taxi a été assimilé à un locataire. Le locataire a le droit de fumer chez lui. Il a le droit d'usage et d'appui. C'est comme s'il faisait de location. C'est comme si ma propriétaire me disait: non, tu ne va pas fumer chez toi. Si, si je suis locataire, je peux fumer chez moi. Donc le taxi a été assimilé à un appartement roulant dont l'usager était le locataire.

    Dix ans après, ça s'est absolument universalisé, il n'y a pratiquement plus de taxi où on peut fumer. Au nom de quoi ? Le taxi n'est plus assimilé à une location d'appartement, il est assimilé à un service publique. Dans un service publique, on a le droit d'interdire de fumer. Tout ça est jurisprudence. Il n'est pas question de droit de ceci ou de cela. Il est question de situation, et de situation qui évolue. Et lutter pour la liberté, c'est réellement faire de la jurisprudence.

    Alors là, l'exemple de l'Arménie me parait typique. Le droits de l'homme, ça veut dire quoi? Ça veut dire: ah, les Turcs, il n'ont pas le droit de massacrer les Arméniens. D'accord, les Turcs n'ont pas le droit de massacrer les Arméniens. Et après? C'est vraiment des débiles. Ou pire, je crois que c'est tellement des hypocrites, là, toute cette pensée des droits de l'homme. C'est zéro, philosophiquement c'est zéro. Et la création du droit, ce n'est pas les déclarations des droits de l'homme. La création, en droit, c'est la jurisprudence. Il</personname /></personname /> n'y a que ça qui existe. Donc: lutter pour la jurisprudence. C'est</personname /></personname /> ça, être de gauche. C'est créer le droit.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique